AGENCE ECOLE de Design Graphique à Paris 75018|1984 School Of Design Paris

→ DIRECTEUR ARTISTIQUE

Le directeur artistique est avant tout un créatif qui met en forme l’aspect visuel d’une publicité, d’un magazine, d’un livre, ou d’une émission de télévision. Il s’inscrit dans la stratégie de communication du service commercial et à partir du choix des supports par le service média.

 DESCRIPTION MÉTIER : 

Les missions du directeur artistique (DA) s'orientent autour de trois axes : la conception, la négociation et le suivi technique. Dans le domaine de la conception, le directeur artistique réalise un support de communication visuelle sous forme de dessins, graphismes (mise en pages, mise en volume).

 

Le DA peut également créer des messages publicitaires sous une forme écrite, graphique, audiovisuelle. Plusieurs projets sont élaborés. Un projet est concrétisé soit par une maquette, soit par un "rough" (visualisation des éléments essentiels) ou par un "story-board" (scénario d'un film sous forme de BD). Le projet est présenté au client. Le directeur artistique, afin de convaincre le client de l'efficacité du projet, doit rationaliser sa démarche et trouver l'argumentation la plus percutante.

 

Enfin, dernière étape, le suivi technique. Pendant cette phase, le directeur artistique pilote une équipe de graphistes, de photographes, d’illustrateurs, de réalisateurs de films, etc. Il collabore à la préparation et à la réalisation des documents afin que ceux-ci s'inscrivent bien dans l'optique de la campagne définie. Il choisit les caractères typographiques des textes, veille au cadrage des photographies. Il communique au maquettiste toutes les indications nécessaires à l'exécution définitive de la maquette avant impression. L’activité s'exerce dans un bureau ou dans un atelier, seul ou en équipe, à domicile ou dans l'entreprise : atelier de dessin (édition ou presse), studio de création, agence de publicité. Les horaires sont souvent irréguliers et liés aux impératifs de la commande. L'activité peut occasionner des déplacements, notamment dans les ateliers de fabrication. Les techniques informatiques comme la publication assistée par ordinateur (PAO) et la conception assistée par ordinateur (CAO), la palette graphique ou l'image de synthèse sont couramment utilisées.

 

Imagination, créativité, curiosité d'esprit, sens de l'esthétique et du dessin, don d'observation, intuition, sont des qualités indispensables. Polyvalence technique et dons artistiques se conjuguent. Comme tout créatif, le directeur artistique doit se tenir branché afin de bien sentir son époque, en saisir les évolutions et les modes.

→ MOTION DESIGNER

Le rôle du Motion Designer est de concevoir, puis réaliser des productions graphiques incorporant à la fois de la vidéo, de l’animation 3D, des effets spéciaux, des sons ou encore de la typographie. Ce mélange de médias se retrouve de plus en plus, que ce soit pour des films de présentation, dans les clips musicaux, dans les messages publicitaires diffusés sur le web ou sur les réseaux sociaux.

Le Motion Designer a donc la double casquette du créatif et du technicien, capable de travailler sur toute la chaîne de production d’une animation ou d’une interface.

 DESCRIPTION MÉTIER : 

Le Motion Designer a pour mission de créer des contenus animés, audiovisuels et interactifs. Tout d’abord, à partir du brief client, il commence par réaliser les moodboards. Comme son nom l’indique, ce « tableau d’humeur » permet de donner une idée de l’univers et de la tendance qui sera utilisée dans l’animation graphique. Pour cela, le Motion Designer propose plusieurs mises en scène différentes afin de permettre au client de faire un choix et d’en retenir une. Une fois cette planche de tendance constituée, le Motion Designer élabore un storyboard, qui permet, grâce à des illustrations, de se représenter visuellement l’ensemble des plans qui constitueront la vidéo (à l’image des storyboards réalisés pour le cinéma). Ces étapes sont indispensables pour permettre au Motion Designer et à l’équipe de suivre le fil conducteur du projet. 


Vient ensuite la phase de production : rendu des images, montage, étalonnage… Jusqu’à l’encodage. Pour cela, le Motion Designer gère la créa, des adaptations aux découpages techniques, en passant par la conception des mouvements et la mise en place des effets de transition. Si la vidéo contient du texte, c’est alors lui qui sera en charge d’user de ses connaissances pointues en typographie afin de trouver celle qui correspondra le mieux au ton donné au projet. Pour mettre en scène de façon valorisante un produit, un service ou une entreprise, il faut que le Motion Designer maîtrise un bon nombre de logiciels : Photoshop, Illustrator, After effects… mais aussi d’autres tels Premiere pro, 3DS, Encore DVD…

Le motion design est un métier nouveau, très exigeant par sa double compétence attendue en graphisme et technique car il cumule un talent créatif et un savoir-faire polyvalent (image animée, graphisme, son, vidéo…). Il faut aussi savoir se plier aux contraintes imposées par ses clients, en acceptant les critiques et la remise en cause de son travail. Il faut un esprit créatif et « sens de l’image ». Une très bonne connaissance des logiciels. De l'écoute, une capacité à prendre du recul (accepter la critique), et à travailler en équipe. Une grande curiosité. Être en veille permanente sur ce qui se fait et avoir un bon niveau d’anglais.

→ WEB DESIGNER

Au carrefour des fonctions de directeur artistique, d’infographiste et d’intégrateur web, le web designer conçoit le design graphique d’un site internet, c'est-à-dire sa charte graphique. Il allie savoir-faire technique et compétences créatives.

 DESCRIPTION MÉTIER : 

Le webdesigner conçoit et réalise l'identité visuelle d'un site internet pour lequel il crée tous les éléments graphiques (illustrations, bannières, animations…) selon les désirs du client et en fonction du public visé, des impératifs du marketing et des contraintes techniques. Objectif : séduire les futurs utilisateurs du site. Sous la responsabilité du chef de projet ou du directeur artistique, le web designer définit le cahier des charges du produit : ergonomie, mode de navigation, arborescence, scénarisation, identité visuelle et sonore, charte graphique… Il s’occupe aussi du design des interfaces dédiées au e-commerce et au e-marketing.

Le webdesigner dessine (sur papier et à la palette graphique), crée des maquettes et retouche des pages internet, mais il n’est pas un simple exécutant : il a une vision d’ensemble du produit final. En collaboration avec le client et le chef de projet, le web designer supervise directement le travail des graphistes, des infographistes et des intégrateurs web. En fonction des contraintes techniques, il doit souvent arbitrer entre les aspects artistique et fonctionnel.

Polyvalent, il doit donc avoir des compétences à la fois artistiques et techniques. Il maîtrise différents logiciels graphiques : Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver… Des notions dans le maniement d’outils d’intégration (XML, Javascript) sont un atout. Le web designer peut travailler dans une agence web spécialisée en communication d’entreprise ou en publicité, dans un studio de création multimédia, dans une maison d’édition en ligne, une SSII (société de services en ingénierie informatique)…

 

Novateur, curieux, méthodique et organisé, le web designer sait travailler en équipe et souvent sous pression.

→ MAQUETTISTE

Dans la presse et l'édition principalement, mais aussi dans une agence de publicité, dans une entreprise de packaging 

ou de signalétique le maquettiste est chargé de mettre en pages tout document destiné à être publié.

 DESCRIPTION MÉTIER : 

Le maquettiste est un professionnel de la mise en pages de tous types de documents. Il travaille aussi bien sur des supports traditionnels papier (journaux, magazines, livres, plaquettes, brochures, affiches…) que sur des supports numériques (pages internet, bibliothèques numériques…).

Quel que soit le support, le maquettiste a pour mission d'agencer des pages attractives pour le lecteur ou l'internaute. En aménageant textes et images, il doit créer un impact visuel au produit et donner envie de lire ou de s'attarder sur la page.

Selon une maquette et une charte graphique souvent prédéfinies par le directeur artistique, le maquettiste positionne les images et les textes dans la page, choisit la forme et le style des caractères, leur couleur et leur taille. Titres, encadrés, équilibre du rapport textes/illustrations, répartition des blancs, harmonie des couleurs… Rien ne doit lui échapper ! De nos jours, le maquettiste ne travaille plus au crayon pour élaborer un “rough” sur une feuille de papier. Aujourd'hui, ses principaux outils de travail sont les logiciels de mise en page et de retouche d’images (InDesign, XPress, Photoshop, Illustrator…) grâce auxquels il crée ses maquettes directement à l'écran.

 

Polyvalent, à l'esprit curieux et réactif, il doit avoir un grand sens artistique et connaît les techniques de la chaîne graphique. Les conditions de travail sont variables. Salarié dans de petites structures, le maquettiste est forcément polyvalent, à la fois créatif et exécutant. Dans des structures plus importantes, il peut travailler avec des graphistes, des illustrateurs...sous la coupe d'un DA. Le maquettiste peut également travailler à son compte comme free lance. 

 

Bon à savoir : s'il travaille dans la presse, le maquettiste, appelé “rédacteur graphiste”, est titulaire de la carte de presse.

PARIS 18

  • Instagram
  • Facebook
  • LinkedIn
  • YouTube